Chapitre 1


On croirait deux amants amoureux. L’un cherchant à rattraper l’autre. Elle rit. Elle aime le voir courir derrière elle. Lui a plus de mal, malgré sa carrure athlétique, à rejoindre la jeune femme, dont les vêtements, aussi noirs que ses cheveux, lui permettaient de se confondre avec la nuit fraîchement tombée. Malheureusement, la vérité est tout autre.

- Arrêtes-toi et viens te battre !
- Je m’en voudrais ! Si j’abîme ton charmant visage, que va-t-il te rester ?

Les arbres étaient les seuls témoins de cette course, dont on ne pouvait deviner l’issue. Certes il commençait à fatiguer mais l’allure de la jeune fille était bien moins sportive. On pourrait presque penser qu’elle ne donnait d’effort que ce dont elle avait besoin pour rester à bonne distance de son poursuivant sans pour autant lui échapper. Je n’ai pas la réponse à cette question… même si j’en ai une bonne idée. D’une course rapide et déterminée, elle se dirigea vers la ville alors que son agresseur restait à ses trousses. De plus en plus essoufflé, il avait du mal à suivre la jeune fille, qui, elle, continuait à courir à un rythme fulgurant sans épuisement aucun. Très vite le décor campagnard changea pour les rues d’une ville éclairée par des lampadaires dont la faible lumière faisait ressortir le teint pale de Valaria.
***


- Elle est arrivée il y a deux jours : Le taux de mortalité a bien augmenté. « Morsures au niveau du cou » ? On l’a connu plus imaginative…
- C’est peut-être pas elle !
- C’est trop exceptionnel pour être un vampire résidant. C’est forcément elle…

C’est un bric à brac informatique qui décorait la chambre de motel où les deux jeunes gens discutaient sur les derniers rapports de la morgue locale. Ils étaient à peine arrivés que Mick avait déjà envahit la pièce avec son matériel grâce à l’esprit d’ « organisation » de Connie.
Ils poursuivaient le même ennemi depuis trois ans. Trois ans de recherches, trois ans de traque, trois ans de douleur, trois ans de peur… Car ils avaient peur. Toujours. Aussi bien le jour que la nuit. Tous les jours, ils se posaient les mêmes questions : Allons-nous la trouver, l’arrêter, la tuer ? Ou, au contraire, ce jour sera-t-il notre dernier ? Il est vrai que ces questions semblent banales pour l’histoire que je m’apprête à vous raconter pourtant elles sont tellement d’actualité à ce moment du récit.

***


Valaria est très âgée mais ne fait pas son âge, elle est très belle mais la lumière du Soleil ne convient pas à son teint, elle a une dentition exceptionnelle mais ne mange pas de viande, elle aime les humains mais ne les côtoie pas, elle est morte mais est toujours en vie… Valaria est un vampire et un de la pire espèce.

Eddy se faisait distancer de plus belle. Il savait qu’il ne la rattraperait pas mais il poursuivait tout de même.

- Ca va, Eddy? Pas trop fatigué?

Elle se dirigea vers une impasse puis disparût. Lorsque celui qu’elle avait appelé Eddy arriva dans cette ruelle il ne vît personne. Tout ce qu’il remarqua était une bouche d’égout ouverte… Pourtant…
***


Connie tremblait. Apparemment, tout ce que pouvait dire son ami ne suffisait pas à la rassurer. Depuis deux ans, qu’elle avait rejoint l’équipe elle avait appris une chose importante : quand Valaria s’installe, elle ne repart jamais sans quelques dégâts, voire quelques massacres. Mick, lui, était plutôt calme. Ces meurtres sont étonnants et n’augurent rien de bon. Elle ne fait que se nourrir, alors que sa réputation d’exécutrice lente et consciencieuse n’est plus à faire. Qu’attend-elle ? Eux probablement.

- Moi, je continue de penser que ce n’est pas elle ! Valaria ne se nourrit pas, elle tue par plaisir. On fait fausse route…

Mais son ami ne l’écoutait pas. Plongé dans ses recherches, il n’essayait même plus de rassurer l’adolescente. Soudain, une question lui traversa l’esprit. Et Internet lui fournit la réponse.
Il faut savoir que la Toile, comme chacun sait, permet à des anonymes de partager leurs idées malgré la distance. www.valavamp.com. Ce site, qui semble anodin, regroupe plusieurs décérébrés avec une passion commune : Valaria. Lestat n’est plus le seul vampire à avoir sa troupe de fans. Il est vrai que son histoire est passionnante. Imaginez qu’elle est à l’origine de la plupart des faits historiques et qu’elle n’est citée dans aucun manuel… ils sont un bon millier à travers le monde à suivre son parcours, pour ainsi dire, 24H/24 quasiment en temps réel. C’est donc là que Mick découvrit le chaînon manquant à sa réflexion : Ils étaient dans la dernière ville que Valaria avait visitée avant qu’il ne la rencontre…
***

Epuisé, Eddy se mit à genoux devant la bouche d’égout quand la vampire apparut devant lui, s’approcha et lui dit doucement « À bientôt ». Puis elle disparut au détour d’une ruelle. Il n’avait plus la force de la suivre.
Il rentra au motel où l’attendait Mick et Connie. Il confirma la présence de Valaria. Mick lui expliqua ce qu’il avait trouvé de son côté. Il était prés de deux heures du matin quand les trois amis se séparèrent pour la nuit.
***

Une belle villa, un jeune homme rentrant chez lui. Il a réussi son examen, il est heureux. Dans la maison il règne un étrange silence. Il se dirige vers la salle à manger, puis dans la cuisine en appelant sa mère qui ne devait pas être loin. Il se rend ensuite dans le grand salon puis dans le patio... Sa mère est là, étendue, sans vie, à terre. Le jeune homme pousse un « Non! » de désespoir et...

Eddy se réveilla en sursaut. Ras le bol de ces cauchemars!! Sa montre indiquait trois heures du matin. « C’est de moi dont tu rêves? ». Une voix mystérieuse, une voix féminine, une voix qu’Eddy reconnaîtrait entre mille. Valaria. Il se pencha vers le tiroir de la table de nuit.

- Et oui! Grâce à toi les vendeurs d’aspirine font fortune!
- Cherche plutôt dans l’armoire à pharmacie! Là il n’y a que des pieux et de l’eau bénite. En fait, il n’y en a plus: j’ai tout jeté dehors!
- T’es là depuis longtemps?

Eddy se leva et se dirigea vers la salle de bains afin d’y trouver une arme qui l’assommerait le temps d’appeler Mick, tout en écoutant la vampire au cas où elle lâcherait un indice. Mais Valaria n’avait pas l’intention de lui dire quoi que ce soit, à part qu’elle s’inquiétait pour la santé de son ennemi… Pendant ce temps, notre homme trouva un vieux sèche-cheveux qui devrait faire l’affaire. Malheureusement sa surprise en la voyant derrière lui, lui fit lâcher sa massue de fortune.

- Elle est bizarre ton aspirine! Tu n’avais pas l’intention de me faire du mal, n’est-ce pas? Depuis Miami, on est devenu tellement proche...
- C’est peut-être pour ça que j’ai tant envie de te tuer! Espèce de...
- Doucement, surfeur! Je ne voulais pas la tuer moi! C’est elle qui a insisté!! Je l’entends encore me supplier d’abréger ses souffrances et de ne pas la laisser en vie...
***

Eddy avait beaucoup de mal à garder son calme mais il savait que lui sauter dessus pour la frapper ne servirait à rien car elle était bien plus forte que lui. Il sortit de la salle de bains et alla s’asseoir dans le salon en branchant discrètement un enregistreur pendant que Valaria le suivait.

- Je peux savoir la vraie raison de ta présence ici... ? Si, comme je le pense, tu es venue me tuer autant faire ça rapidement!
- T’inquiètes pas pour ça. Ton heure viendra. La tienne et celle de tes camarades... Tu n’as pas suivi de « longues études » de dévampirisation pour que je détruise tout dès notre première vraie rencontre! Je préfère d’abord voir ce que tu vaux pour savoir à quelle sauce je vais te manger...
- C’est agréable! Mais ça ne répond pas à ma question!
- Et si je te dis que tu me plais ça te convient?
- Flatté! Et je peux savoir ce qui me rend si irrésistible au point de te mettre en danger?
- En danger!!! Tu te moques de moi, j’espère! Regardes-toi, mon grand! Tu tiens à peine debout, il n’y a plus d’armes chez toi, ton copain ronfle si fort qu’on l’entend d’ici, la gamine s’est bourrée de somnifère pour oublier qu’elle vit encore, et, depuis que je suis là, tout ce que tu as pu faire c’est allumer un enregistreur en espérant que je ne le vois pas! Je t’en pris, soit un peu sérieux... Non, ce que j’aime chez toi ce sont tes yeux. Ils sont tellement beaux qu’avant de te donner le coup de grâce je te les arracherai pour m’en faire un collier et je demanderai à Mick de m’aider à le réaliser!

Valaria éclata de rire et sortit en courant. Eddy se précipita pour la suivre mais il trébucha sur le tapis de pieux que la vampire avait soigneusement préparé à son attention à l’entrée. Le temps de se relever, elle avait disparu... Il courut prendre la cassette et partit chez Mick pour l’avertir.

L’acolyte d’Eddy dormait comme une masse et n’apprécia pas le réveil en fanfare de son ami. Eddy lui raconta la visite de Valaria et lui passa l’enregistrement. Mick ne cacha pas son étonnement pourtant sa visite était un indice à elle seule. Il est clair qu’elle voulait les tuer alors pourquoi attendre? Mais Mick et Eddy étaient trop fatigués pour y réfléchir. Chacun chez soi, ils repartirent se coucher. La nuit porte conseil...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. Rose Of Darkness 10/08/2008

En voilà une autre qui m'a découverte... Kikoo ma Sophie! Bonne lecture

2. Sophi@ 09/08/2008

Héhé alors comme ça tu trouve qu'Eddy a de beaux yeux? Je suis flattée! En tout cas j'aime beaucoup ma tantine chérie!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site